Discours sur les Psaumes, I

Les discours sur les Psaumes – Enarrationes in Psalmos –  sont comptés parmi les plus grands chefs-d’œuvre de saint Augustin. Tout commence par une histoire d’amour… lorsqu’Augustin, encore catéchumène, découvre chez un ami à Cassiciacum le livre des Psaumes. Il s’en éprend, en tombe amoureux : « Que j’ai pleuré dans vos hymnes et vos cantiques, aux suaves accents des voix de votre Église qui me pénétraient de vives émotions ! Ces voix coulaient dans mes oreilles, et la vérité se distillait dans mon cœur, et de là sortaient en bouillonnant des sentiments de piété, et des larmes roulaient et cela me faisait du bien de pleurer ! » (Confess. IX, 6, 14).

Volume 1 : Du psaume 1 au psaume 80
Volume 2 : Du psaume 81 au psaume 150

Voir plus de détails ci-dessous.

73,00 

Détail

Poids967 g
Dimensions19.5 × 13.5 × 4 cm
Éditeur

Présentation

Nombre de pages

1591

ISBN

9782204080460

Date de parution

01-05-2008

On peut noter que saint Augustin commente les psaumes par les psaumes. C’est que la prière des psaumes a imprégné toute la vie de saint Augustin. Les psaumes sont très présents dans La Cité de Dieu et dans le De Trinitate. Littéralement, ils embrasent saint Augustin, et le soustraient à la froidure de la sécheresse, de la lassitude et de l’orgueil. Prier les psaumes, c’est laisser Dieu agir sur nous : « Quels éclats de voix je donnais dans ces psaumes ».

« Celui qui ne lirait que cet ouvrage connaîtrait au fond tout la pensée de saint Augustin… et aurait parcouru l’ensemble de ses thèmes les plus propres… La langue est est d’une grande limpidité d’une grande force expressive aussi, nourrie d’images et de comparaisons souvent prises de la vie quotidienne. » (Jean-Louis Chrétien)

Comparé au commentaire de saint Bruno, celui de saint Augustin est moins systématique. Saint Bruno fait un cours ; saint Augustin prêche, commente au fil des années, sans ordre précis (d’où le nom de Discours). Ce n’est qu’après sa mort que les différents commentaires de saint Augustin furent rassemblés en un livre. D’autre part, saint Augustin est plus éloquent, plus familier. Saint Bruno est plus régulier : chaque verset a son paragraphe.

Enfin, le commentaire de saint Thomas d’Aquin sur les psaumes est plus structuré, chaque partie étant décomposée puis expliquée. Il a l’inconvénient de ne commenter que les 54 premiers psaumes.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Discours sur les Psaumes, I”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *