Testem benevolentiæ – Contre l’Américanisme

Le culte de l’homme prôné à Vatican II n’y fut pas inventé. 60 années plus tôt, en 1893, eut lieu une réunion à Chicago où toutes les religions tenaient boutique sous la présidence de dix-huit archevêques américains. Le cardinal Gibbons y affirma sans rougir que les représentants des religions voulaient « présenter aux esprits qui cherchent la vérité, les titres respectifs des diverses religions, afin qu’ils puissent embrasser, entre toutes, celle qui s’imposera à leur conscience. »

Après cette affirmation scandaleuse, il y eut encore plusieurs « foires des religions » où l’unique religion se trouvait mise à égalité avec les fausses, fabrications humaines ou diaboliques.

Le pape Léon XIII réagit. Une première admonition n’ayant pas suffit, il écrivit une lettre au cardinal Gibbons, le 22 janvier 1899 : Testem benevolentiæ où toutes les erreurs de « l’Américanisme » sont condamnées : œcuménisme, activisme, naturalisme.

Cette lettre, reproduite ici en latin avec la traduction refaite par l’éditeur, est précédée d’un avant-propos qui retrace l’histoire de cette erreur dans le monde chrétien de l’Amérique.

4,00 

Détail

Poids80 g
Dimensions0.3 × 14.5 × 21 cm
Éditeur

Date de parution

01/01/2014

Nombre de pages

60

ISBN

–319-0000-3

Présentation

Broché

Auteur

Léon XIII

Léon XIII

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Testem benevolentiæ – Contre l’Américanisme”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *